Mariage gay : pour un débat entre catholiques

Publié le par Père Jonathan

mg.jpgOn voit partout sur internet des catholiques s'indigner de "l'absence de débat" autour du mariage gay... Mais ces déclarations me semblent ambivalentes : certes, le débat est souhaitable, mais encore faut-il poser des questions pour que le débat soit intéressant. Le débat ne se limite pas à la seule question de savoir si les couples homosexuels doivent avoir accès ou pas au mariage civil.

 

Je propose donc quelques pistes pour des catholiques qui voudraient réfléchir et débattre autour de ces questions... questions que, me semble-t-til, les catholiques ont tendance à éviter.

 

Allons-y !

  • ai-je, parmi mes amis, des personnes homosexuelles ?
  • ai-je, parmi mes amis, des couples homosexuels ?
  • est-ce que je leur ai déjà posé des questions ?
  • est-ce que je les ai écoutées raconter leurs expériences ?
  • est-ce que je les ai écoutées parler de leur éventuelle vie de foi ?
  • qu'ai-je fait personnellement pour qu'elles soient "accueillies avec respect, compassion et délicatesse" (Catéchisme de l'Eglise catholique §2358) ?
  • qu'est-ce que les institutions catholiques auxquelles j'appartiens (paroisses, écoles catholiques, mouvements...) ont fait pour cela ?
  • ai-je déjà vu des films avec des héros homosexuels ? (par ex. Brokeback Mountain...)
  • suis-je informé sur les violences homophobes infligées à certaines personnes homosexuelles ?
  • quel soutien trouve dans son entourage un jeune catholique qui se découvre homosexuel ?
  • qu'est-ce que je sais des "actes homosexuels" ? suis-je bien informé à ce sujet ?
  • y a-t-il des personnes qui vivent joyeusement et positivement ces actes ?
  • est-ce que ceux qui ont écrit dans le Catéchisme (§2357) que "les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés" avaient une information complète à ce sujet ?
  • est-il possible que les auteurs du Catéchisme n'aient entendu que des récits négatifs qui ne reflètent pas la situation dans son ensemble (amitiés particulières dans les internats et les séminaires, situations d'adultères entendues en confession...) ?
  • pourquoi l'Eglise autorise-t-elle les relations sexuelles après la ménopause, alors qu'elles ne peuvent pas déboucher sur le don de la vie ?
  • pourquoi l'Eglise accepte-t-elle de célébrer le mariage de personnes stériles (à cause de maladie ou d'un âge avancé) ?
  • lors du vote du PACS, les évêques de France l'avaient qualifié de "loi inutile et dangereuse." Comment est-ce que je comprends leur évolution, eux qui écrivent maintenant que "il appartient au pouvoir politique d'entendre la demande d'un certain nombre de personnes homosexuelles de bénéficier d'un cadre juridique pour inscrire une relation affective dans le temps." ?
  • quelle serait le cadre juridique qui serait le plus d'agir de manière juste envers les couples de même sexe ?
  • suis-je prêt à m'engager pour défendre ce cadre juridique ?

Je m'arrête là, chacun complètera à sa manière ce que je ne fais qu'amorcer...

(je rajoute deux questions que j'avais oubliées :)

  • à propos de la Bible... Y a-t-il des interdits bibliques que je transgresse ? Pourquoi ?
  • quand je veux utiliser la Bible pour réfléchir à une question morale, est-ce que je le fais en suivant les conseils du Magistère dans le document "Bible et Morale" de la Commission Biblique Pontificale, sous la direction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ? 

 

(photo sous licence Creative Commons)

Publié dans Eglise

Commenter cet article

Maxime 26/04/2017 12:34

Bonjour je suis un jeune de 18 ans de bordeaux... J'aimerais être contacté par vous mon père. A bientôt ;)

Joudain 11/12/2015 12:04

Salut à tous sur la communauté gay je m'appelle Elmo un Jeune étudiant j’ai tout juste 25 ans je suis ici à la recherche d'un homme gentil, sympas, tendre qui aime s'amuser pour une relation sérieuse basé sur le respect et la franchise; je veux que cet homme sois ma moitié l'homme qui sauré me compléter. Et j'aimerais que cet homme ai le sens de l'amour qui sera avec moi pour ce que je suis, un homme avec qui je serai complice, que je puisse parler de tout et de rien, avec qui je peux rire de tout et n'importe quoi si je vois, pas de souci, seulement, même si je m'attache très vite, je veux quelqu'un qui a des valeurs intérieures comme moi et qui est fidèle par-dessus de tout. Si mon annonce t’intéresse alors n’existe à me laisser un petit mot à mon adresse émail: elmojoudain@live.ca . Bisous à tous

sylvainj 14/03/2013 15:29

il y a ici des questionnements très intéressants. Merci

Solenne 13/03/2013 11:00

Vous avez bien raison de dire qu'un grand nombre de catholiques n'ont jamais pris la peine de réfléchir aux racines de leur oppositions ou leur soutien à la loi du "mariage pour tous", mais je
crains que l'aspect tendancieux ou trop imprécis de certaines des questions de cette liste (très intelligemment fait par ailleurs) ne rebutent les plus tradi d'entre nous.

Mais allons-y !

- ai-je, parmi mes amis, des personnes homosexuelles ?
oui

- ai-je, parmi mes amis, des couples homosexuels ?
non

- est-ce que je leur ai déjà posé des questions ?
des questions sur quoi exactement ? Leur vie affective oui. Leur vie sexuelle ? Non. La vie sexuelle des mes amis ne me regarde pas.

- est-ce que je les ai écoutées raconter leurs expériences ?
là encore lesquelles ?

- est-ce que je les ai écoutées parler de leur éventuelle vie de foi ?
oui, nous avons souvent échangé sur la foi, la religion.

- qu'ai-je fait personnellement pour qu'elles soient "accueillies avec respect, compassion et délicatesse" (Catéchisme de l'Eglise catholique §2358) ?
Je les ai considéré exactement comme mes autres amis, et je les aime avec certainement plus de tendresse, puisque je partage leur condition.

- qu'est-ce que les institutions catholiques auxquelles j'appartiens (paroisses, écoles catholiques, mouvements...) ont fait pour cela ?
Rien
c'est, à mes yeux le gros point noir : d'un point de vue institutionnel, rien n'est fait. Dans ma paroisse, la question n'a jamais effleuré les EAP, les prêtres successifs. Dans le mouvement de
scoutisme auquel j'appartiens depuis une douzaine d'année, l'homophobie s'exprime ouvertement

- ai-je déjà vu des films avec des héros homosexuels ? (par ex. Brokeback Mountain...)
Oui

- suis-je informé sur les violences homophobes infligées à certaines personnes homosexuelles ?
oui

- quel soutien trouve dans son entourage un jeune catholique qui se découvre homosexuel ?
- dans une famille vraiment catholique, le premier soutien c'est les parents, les frères et soeurs, les parents plus éloignés
- les amis
Là encore, j'insiste sur le fait que rejeter son enfant/ami/parent éloigné homosexuel est contraire à tout ce qu'enseigne le Christ, l'Evangile et l'Eglise.

- qu'est-ce que je sais des "actes homosexuels" ? suis-je bien informé à ce sujet ?
je me renseigne, je lis, j'écoute des témoignages (comme ce site)
je connais l'homosexualité féminine pour l'avoir vécu, mais je n'en tire aucune généralité. La connaissance personnelle et ressentie n'est qu'une petite part de la connaissance d'un phénomène aussi
complexe.

- y a-t-il des personnes qui vivent joyeusement et positivement ces actes ?
à ma connaissance, je n'en ai jamais rencontré. Positivement, certainement. Joyeusement, non. Je n'ai jamais vu la Joie, celle qui illumine, chez quelqu'un qui témoignait de sa vie affective homo
(cela dit, j'ai vu beaucoup de couple hétéro tout aussi dénué de cette Joie).

- est-ce que ceux qui ont écrit dans le Catéchisme (§2357) que "les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés" avaient une information complète à ce sujet ?
Complète au sens d'exhaustive, non. Complète au sens d'essentielle, oui.

- est-il possible que les auteurs du Catéchisme n'aient entendu que des récits négatifs qui ne reflètent pas la situation dans son ensemble (amitiés particulières dans les internats et les
séminaires, situations d'adultères entendues en confession...) ?
C'est tout a fait possible. Cela dit, je n'en sais rien, vous n'en savez rien, on peut gloser des heures et des heures sur la prétendue ignorance de l'Eglise sur l'homosexualité, et plus
généralement sur toutes les questions liées à la sexualité.
A ce titre, la remarque d'un ami sur les préparations au mariage proposées par sa paroisse "pourquoi c'est le curé qui prépare au mariage, il n'y connaît rien, il est célibataire"

- pourquoi l'Eglise autorise-t-elle les relations sexuelles après la ménopause, alors qu'elles ne peuvent pas déboucher sur le don de la vie ?
Parce que, par principe, la relation entre un homme et une femme est féconde. La ménopause est une infertilité naturelle qui indique qu'il y a eu une période de fécondité.
Par principe, la relation entre deux personnes du même sexe est inféconde.

- pourquoi l'Eglise accepte-t-elle de célébrer le mariage de personnes stériles (à cause de maladie ou d'un âge avancé) ?
Pour la ménopause, j'ai déjà répondu dans la question précédente. Il me semble que la stérilité n'est connue que rarement avant le mariage. Sauf cas particuliers (vie non célibataire avant le
mariage, remariage après veuvage...).
Là encore, je pense qu'il existe une distinction entre l'infertilité d'un couple hétéro en principe fertile, qui est une infertilité accidentelle (et qui parfois n'est que temporaire), et
l'infécondité d'un couple homo qui lui est essentielle. Dans le cas du couple homo, c'est la fertilité qui est accidentelle (famille recomposée, adoption, PMA, GPA...).

- lors du vote du PACS, les évêques de France l'avaient qualifié de "loi inutile et dangereuse." Comment est-ce que je comprends leur évolution, eux qui écrivent maintenant que "il appartient au
pouvoir politique d'entendre la demande d'un certain nombre de personnes homosexuelles de bénéficier d'un cadre juridique pour inscrire une relation affective dans le temps" ?
Lors du vote du PACS, la principale opposition de l'Eglise catholique était que le PACS était un premier pas vers le mariage des couples homo. En ce sens, cette loi était inutile et dangereuse.
Aujourd'hui, alors que cette prévision se réalise, le PACS est un moindre mal comparé au mariage pour tous.
De manière générale, l'Eglise sera toujours pour une union stable, durable, fidèle et assurant la sécurité et la préservation des familles, quelles qu'elles soient. Mais en amont, elle se doit de
manifester son opposition à la vision sociétale que cette loi véhicule.

- quelle serait le cadre juridique qui serait le plus d'agir de manière juste envers les couples de même sexe ?
A mes yeux, l'union civile.

- suis-je prêt à m'engager pour défendre ce cadre juridique ?
oui

- à propos de la Bible... Y a-t-il des interdits bibliques que je transgresse ? Pourquoi ?
Oui, parce que je suis aussi faible face au péché. Je ne transgresse aucun interdit par pur plaisir ou parce que je les juge trop rétrogrades.

- quand je veux utiliser la Bible pour réfléchir à une question morale, est-ce que je le fais en suivant les conseils du Magistère dans le document "Bible et Morale" de la Commission Biblique
Pontificale, sous la direction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ?
Je n'ai pas lu ce document du magistère.

Pinpoint 10/12/2012 18:56

Bonjour, j'ai ce billet et d'autres puis je suis allé voir la réponse dans itinerarium et l'un des commentaires dit cela: "si les positions de l’Eglise l’insuportent, ce ne doit pas dater d’hier.
Donc: pourquoi a-t-il demandé l’ordination, et aussi pourquoi ne part-il pas? Rester et servir une Eglise sans être en communion avec elle, avec son message, c’est un véritable martyr."

Je vous avouerais que c'est une question qui revient souvent dans le cas du progressisme catholique. D'ailleurs, autre question, avez-vous déjà envisagé la conversion à une Église protestante
libérale?

Père Jonathan 21/12/2012 23:14



Bonjour,


non, je n'ai jamais pensé à quitter l'Eglise catholique. Cela m'aide beaucoup d'avoir étudié l'histoire de l'Eglise : il y a toujours eu des tensions dans les moments de changements culturels. Le
tout est de participer à ce qui va s'inventer de nouveau. Et puis, dans certains de mes papiers, je montre comment certaines doctrines catholiques sur l'homosexualité manquent de logique, sont en
contradiction avec d'autres doctrines, etc...


+ Jonathan.